Zoulouland

Dessinateur et Scénariste : Georges Ramaïoli Tome 1 à 18

Sur les tomes 1 et 3 de la série, René Durand a participé à quelques pages.

Coloristes :

Jean Jacques Chagnaud Tomes 1 à 6, 8

Vittorio Léonardo Tome 7

Jocelyne Charrance Tomes 9 à 18

Pour voir les dédicaces de Zoulouland   Cliquez ici

Pour voir des planches en couleurs & N&B de Zoulouland   Cliquez ici

Pour voir des illustrations de Zoulouland Cliquez ici

Zoulouland est la rencontre entre l’orgueilleux et puissant « Peuple du Ciel », organisé en terribles castes militaires par leur premier roi Chaka, et l’Empire britannique qui ne peut tolérer une telle puissance à ses frontières.
Zoulouland est la découverte d’un peuple dont la fierté et le courage, à la limite de la folie, ont imposé à l’Angleterre sa pire défaite coloniale, un effort militaire intense et un changement de gouvernement aux graves conscéquences.
Sur ces terres ravagées du Transvaal, deux hommes, Kévin Stuart, jeune recrue écossaise fraîchement débarquée, et John Dundee, baroudeur écossais qui a vécut plus de 30 ans auprès des Zoulous, vont essayer de survivre à la folie de la guerre.

Aathon

Dessinateur : Cebe

Scénariste : Simon Rocca

Coloriste : Cebe



Alors que Pharaon a instauré en Egypte la religion monothéiste qui fait d’Aathon le dieu à vénérer, de nombreux prêtres et leurs disciples prônent la réhabilitation du dieu Amon. C’est à Thèbes, loin de la ville où réside Pharaon, que ceux-ci fomentent un coup d’état en levant les foules contre l’actuel souverain.
Aanthy est le fils du conseiller de Pharaon. Alors qu’il se distrayait sur une embarcation voguant sur le Nil, il vint à se disputer avec son ami Sostris. Celui-ci voulait profiter d’une esclave, Tara, qu’Aanthy prit alors sous sa protection. Au même moment, des milices traquaient un esclave nubien : échappé de Thèbes, il y avait entendu des choses qui n’auraient pas dû parvenir à ses oreilles. Ayant mis involontairement la main sur le fugitif, Aanthy lui concéda la liberté après que celui-ci lui ait touché mot de ce qui se tramait.
De retour chez lui, aucune oreille n’écouta sérieusement Aanthy et c’est malheureusement très vite que se confirmèrent les « on-dit » : les adeptes d’Amon entrèrent dans la ville pour éliminer ceux qui continueraient à faire allégeance au Pharaon en place.
Aanthy ne voulant pas renier ses convictions et désirant à tout prix faire gagner l’éternité à ses parents victimes, probablement de par leur dévouement à Pharaon, du coup d’état en leur offrant une cérémonie funéraire traditionnelle, il n’eut d’autre solution que de fuir, de se mettre en marge, mettant pour cela ses pas dans ceux de Tara, l’esclave qu’il avait sauvée