Festival de MARS

20 ème Anniversaire du Festival D’IGNY….

J’étais au premier, et j’ai eu l’honneur de faire l’affiche du suivant, et de pouvoir y faire inviter le plus de copains possible, la plupart de ceux qui travaillaient avec moi à l’époque..

A l’occasion seront mis en vente 4 petits originaux…

Si vous venez me voir, soyez gentils..pas de vieilleries..Vieux albums de solde, rebuts, nids à poussières de bibliothèque, etc…

 

LA DEDICACE BD !

En ces temps de Festival d’Angoulême, ce comice mercantile qui tient plus d’une foire aux bestiaux que d’une manifestation culturelle, mais qui est le seul moment de l’année où les médias évoquent un tant soit peu le « 9ème Art »…Je voudrais revenir sur l’évolution de la dédicace de BD…

La dédicace n’est pas un dû…C’est un cadeau que fait l’auteur/dessinateur au client qui vient lui acheter son oeuvre…A l’origine, les auteurs signaient comme les littéraires pictodéficients…Puis quelqu’un (on dit que c’est FRANQUIN ?) au début des années 1970, a eu la bonne ou la mauvaise idée d’y rajouter un petit croquis d’un de ses personnages…Pendant quelques années, se furent de simples silhouettes ou profils d’un léger ou fort trait de feutre..la dédicace ne prenait guère qu’une minute, à moins que l’auteur ait eu envie d’un peu discuter avec son lecteur…

Certains de ces « lecteurs », un peu plus exigeants ont demandé des personnages en pied, à cheval, avec des accessoires ou un peu de décor…Certains ont commencé à dévoyer la chose en demandant des dessins sur feuilles libres, ou « livres d’or » avec thèmes…Prétextant qu’ils avaient les albums à la maison, ou un oubli ou je ne sais quelle excuse pour ne rien acheter et obtenir un dessin gratuit..

Au bout de quelques temps, nous (les auteurs) avons vu fleurir, ces « livres d’or » en salles des ventes, aux enchères..Les feuilles être vendues comme « originaux dédicacés »…Tout ça sur notre dos, sur un travail GRATUIT…Je dis bien gratuit car ne croyez pas que nous sommes rémunérés pour aller sur des festivals et encore moins dans des séances en librairie…Vous allez me dire  » vous touchez des droits d’auteur par albums vendus »..Et non !!! la plus grande partie des auteurs sont payés en avances de droits..Ils ne remboursent jamais ces avances (les éditeurs savent très bien maquiller les chiffres pour faire que ces avances ne soient pas remboursables), sauf énorme succès..Et il faut savoir que dès qu’il y a une commande importante de libraire, ou de festival sur des titres d’un auteur, commande inhabituelle, ces ouvrages sont placés en comptabilité chez l’éditeur en « exemplaires en démonstration » exemplaires qui ne génèrent pas de droits d’auteur..Et ne parlons pas des gros festivals où les auteurs sont sur des stands d’éditeur, il est évident qu’aucun décompte n’est fait pour les auteurs, tout va dans la caisse de l’éditeur…

Donc nous travaillions gratuitement pour faire plaisir au public..soit..Ni internet, ni Delcourt n’étaient encore arrivés…Dans les années 80, on a commencé à voir des auteurs, sans doute ayant besoin de se rassurer, n’étant pas très confiants en les qualités de leurs œuvres, qui pour dédicacer ont besoin de faire un spectacle, un show pour attirer, le public..Certains haranguent le passant comme des camelots..ont des tactiques de foire bien affûtées..Chacun fait ce que bon lui semble..Puis des auteurs assez confidentiels de l’écurie Delcourt ont commencé, à mettre de la couleur sur leurs dédicaces, à faire des tableaux à l’aquarelle..Certaines, je n’ose plus dire dédicaces, œuvres prenant presque une heure chacune…Ce qui fait que les gens attendent devant et l’auteur et le public ont l’impression de foule agglutinée sur certains stands.. Les  » fans » devenant de plus en plus exigeants, cette pratique s’est presque généralisée..Le petit cadeau est devenue un dessin original dont la valeur est dix fois ou même plus que celle de l’album acheté, et ne parlons pas de l’album trouvé à la brocante, chez le soldeur, ou revus de bibliothèque que les gougnafiers osent venir présenter à l’auteur pour qu’il le valorise…

La perversion du système étant là ,est arrivé internet et les sites de vente aux enchères.. Les trafiquants de « merdes de poules » maintenant pullulent sur les festivals..Ils n’ont rien à faire de l’oeuvre que vous leur proposez, leur calcul est d’investir le moins possible, venir profiter de votre travail gratuit et de faire donner le meilleur rendement à ce qu’ils viennent d’obtenir…Après chaque manifestation, malgré les philtres que je peux mettre, vous pouvez être sûrs que la semaine suivante deux ou trois de mes albums dédicacés, avec prénoms et souvent dates se retrouvent sur Ebay…Les mêmes qui ne songent qu’à faire trois sous sur votre travail, s’ils n’ont pas obtenu ce qu’ils veulent, se répandent sur les dits »réseaux sociaux » vous insultant ou insultant la qualité de votre travail ou de vos dédicaces, demandant toujours plus, toujours plus beau pour revendre plus cher…

Nous cherchons presque tous désormais à pallier à cela, à privilégier le vrai lecteur, le vrai fan de notre travail…Nous allons arriver à ce qui existe dans presque tous les pays du monde, la dédicace payante…Gratuitement vous n’aurez qu’un sibylline signature comme le font les pictodéficients…Des auteurs de grande renommée ont déjà fait appliquer les achats obligatoires et tirages au sort sur un nombre restreint..Tel auteur célèbre vends 50 € sa dédicace d’un petit profil, 100 € pour un buste, 150 s’il y a un petit arbre en décor derrière et le public se précipite…

A mon modeste niveau, je demande que les « clients » fassent un petit effort, achat sur le stand ou chez le libraire d’un album, ou d’un ex-libris…A partir de là, je veux bien faire plaisir…Je propose aussi sur des Editions originales en bon état à très bon état, un dessin un peu plus poussé, qui reste quand même du domaine du croquis et pas de l’original..Il m’arrive de travailler avec des revendeurs, le marché étant défini, autant que j’y participe plutôt qu’on le fasse derrière mon dos..En dédicace, je n’aime pas que les gens attendent trop devant moi, je n’ai pas besoin de faire semblant, de faire traîner, pour faire croire que j’attire la foule..j’essaye de faire un dessin simple au stylo à bille (ça s’abîme un peu moins dans le temps que la dédicace au feutre) avec quelques couleurs au crayon aquarelle…Ce ne sont pas des œuvres d’art, ce sont des salutations et remerciements aux lecteurs qui veulent bien s’intéresser à ce que je propose…

Je vous annoncerai les festivals auxquels je suis invité..Mais , beaucoup le savent, ne m’amenez pas de vieux albums de chez vous, d’achats de bouquinistes ou pires de trouvailles dans les vide-greniers ou dans les poubelles, je ne les dédicacerai pas..Je me trompe souvent et refoule des gens qui croient me faire plaisir en m’amenant des vieilleries..Vous me ferez plaisir d’un achat sur mon stand et j’essayerai de vous faire plaisir à mon tour…

Ci dessous, un exemple de l’évolution des dédicaces.