Hommages à Jijé

N°1 JIJE

Quantité de dessinateurs de BD m’ont fait rêver et baver, et envier leur talent…Au départ de ma « vocation », il y eu quelques phares..Quelques maîtres absolus..Le Belge Joseph GILLAIN dit JIJE,  en a été un des tout premiers, avec l’Italien Rinaldo D’AMICO dit ROY D’AMY et l’Américain WARREN TUFTS…

Le premier album que j’ai lu et gardé assez longtemps pour l’éplucher en tous sens a été BADEN POWELL de JIJE..Un petit voisin, un peu plus âgé que moi , RIRI, dont le père avait un commerce de cycles dans la cour de l’immeuble où habitaient mes parents, l’avait eu en cadeau pour NOËL (sans doute 1950) et me l’avait longuement prêté…J’en connaissais des pages que j’avais déjà vues en dernières des magazines SPIROU que l’on achetait à mon cousin.. qu’il m’était autorisé à compulser, mais interdit absolument à emporter chez moi…Sans doute avec l’aide de Mère et Grand-Mère, j’ai lu entièrement cette biographie que Jijé avait consacrée à BP..Puis j’ai du le lire et le relire tout seul….

Cet album BADEN POWELL a certainement été le déclic de mon intérêt pour les Zoulous et à la base de ma série (la plus connue ?) ZOULOULAND…

Il y a quelques années François DENEYER a monté à Bruxelles un premier Musée à la gloire de JIJE..Il demandé à plusieurs dessinateurs plus ou moins dans la lignée du maître de réaliser de fausses couvertures de ses albums en hommage…Pari presque impossible..Comment rendre hommage à plus fort que soi sans être ridicule en comparaison…

J’ai quand même tenté la chose et demandé à Mr DENEYER de faire un « BADEN-POWELL..Hélas me dit-il..L’album est déjà pris par quelqu’un d’autre…Autre tentative..Autre phare..BLUEBERRY…J’ai pris la parti de faire un contrechamp de l’album original…DENEYER apprécie, mais me dit »BLUEBERRY » c’est GIRAUD, pas JIJE…Objection mon capitaine..La couverture du T.1 FORT NAVAJO est de JIJE…Et le Brave JOSEPH a supplée l’absence de JEAN parti au Mexique sur 2 albums…
TONNERRE à L’OUEST et le CAVALIER PERDU pour une bonne trentaine de planches au moins..  Du coup DENEYER me prend mon BLUB..Et dans la foulée me dit « Oh! c’est tellement votre sujet, faîtes-moi un BADEN POWELL aussi…

Le Musée JIJE a connu quelque infortune et François DENEYER a remonté une structure..Une édition, un site…www.jije.org. Vient de paraître un magnifique album 28 cm x38 cm de 180 pages ..Toilé Noir et Blanc avec l’album complet..la reproduction des originaux retrouvés..une partie biographique et documentaire et en petit bonus deux beaux ex-libris..l’hommage d’Emmanuel LEPAGE et ma modeste contribution.. Le tirage est très limité.. Si vous avez les moyens, ne manquez pas l’objet…

DCF 1.0
DCF 1.0
DCF 1.0

 

Maldo et Maildur

Vous trouverez ci dessous le tome 3 qui était prévu.

 

 

Zoulouland

Dessinateur et Scénariste : Georges Ramaïoli Tome 1 à 18

Sur les tomes 1 et 3 de la série, René Durand a participé à quelques pages.

Coloristes :

Jean Jacques Chagnaud Tomes 1 à 6, 8

Vittorio Léonardo Tome 7

Jocelyne Charrance Tomes 9 à 18

Pour voir les dédicaces de Zoulouland   Cliquez ici

Pour voir des planches en couleurs & N&B de Zoulouland   Cliquez ici

Pour voir des illustrations de Zoulouland Cliquez ici

Zoulouland est la rencontre entre l’orgueilleux et puissant « Peuple du Ciel », organisé en terribles castes militaires par leur premier roi Chaka, et l’Empire britannique qui ne peut tolérer une telle puissance à ses frontières.
Zoulouland est la découverte d’un peuple dont la fierté et le courage, à la limite de la folie, ont imposé à l’Angleterre sa pire défaite coloniale, un effort militaire intense et un changement de gouvernement aux graves conscéquences.
Sur ces terres ravagées du Transvaal, deux hommes, Kévin Stuart, jeune recrue écossaise fraîchement débarquée, et John Dundee, baroudeur écossais qui a vécut plus de 30 ans auprès des Zoulous, vont essayer de survivre à la folie de la guerre.

Bouffe-Doublon

Dessinateur: Jean-Claude Cassini

Scénariste : Simon Rocca

Coloristes:

Tome 1: Jean-Jacques Chagneaud

Tome 2: Jocelyne Charrance

Tome 3: Jean Claude Cassini

 



Truculent, jouisseur, menteur, charmeur, dénué de scrupules, d’un cynisme à toute épreuve, tel est Adam Francis Wolfe, surnommé « Bouffe-Doublon », capitaine pirate anglais d’une témérité folle…
Ayant saisi un fabuleux trésor espagnol, il se voit contraint de l’abandonner à des cannibales d’une île du Pacifique…
Il n’aura de cesse de recomposer un équipage de brigands, filous, coupe-jarrets et autre racaille pour partir à la retrouvaille de son trésor… tout en évitant Espagnols, autorités, anciens complices et avec la ferme intention de se débarrasser de ses nouveaux « amis ».

Barca

Dessinateur : Michel Suro

Scénariste : Simon Rocca

Coloriste : Frédéric Bergese



L´action se situe au début de la première guerre punique, en -256, et met en scène le sénateur romain Régulus (dont on connaît la fin tragique puisqu’il finira horriblement torturé) pris au piège de son honneur. l´armée du général romain envoyé en expédition en Afrique a été battue par les carthaginois, et Régulus et alors envoyé à  Rome pour négocier la paix.

Aathon

Dessinateur : Cebe

Scénariste : Simon Rocca

Coloriste : Cebe



Alors que Pharaon a instauré en Egypte la religion monothéiste qui fait d’Aathon le dieu à vénérer, de nombreux prêtres et leurs disciples prônent la réhabilitation du dieu Amon. C’est à Thèbes, loin de la ville où réside Pharaon, que ceux-ci fomentent un coup d’état en levant les foules contre l’actuel souverain.
Aanthy est le fils du conseiller de Pharaon. Alors qu’il se distrayait sur une embarcation voguant sur le Nil, il vint à se disputer avec son ami Sostris. Celui-ci voulait profiter d’une esclave, Tara, qu’Aanthy prit alors sous sa protection. Au même moment, des milices traquaient un esclave nubien : échappé de Thèbes, il y avait entendu des choses qui n’auraient pas dû parvenir à ses oreilles. Ayant mis involontairement la main sur le fugitif, Aanthy lui concéda la liberté après que celui-ci lui ait touché mot de ce qui se tramait.
De retour chez lui, aucune oreille n’écouta sérieusement Aanthy et c’est malheureusement très vite que se confirmèrent les « on-dit » : les adeptes d’Amon entrèrent dans la ville pour éliminer ceux qui continueraient à faire allégeance au Pharaon en place.
Aanthy ne voulant pas renier ses convictions et désirant à tout prix faire gagner l’éternité à ses parents victimes, probablement de par leur dévouement à Pharaon, du coup d’état en leur offrant une cérémonie funéraire traditionnelle, il n’eut d’autre solution que de fuir, de se mettre en marge, mettant pour cela ses pas dans ceux de Tara, l’esclave qu’il avait sauvée